La menuiserie est une technique très spécifique qui, en tant que telle, suppose un outillage et un matériel qui le sont tout autant. Certains appartiennent déjà à la boîte à outils de base de tout bon bricoleur, mais d’autres sont particuliers à cette discipline.

Composer sa trousse à outils

La panoplie de base du menuisier n’est pas très importante. Elle comprend pour l’essentiel des scies, un rabot, des râpes et des outils coupants (ciseaux et bédanes), un marteau et un maillet. Au fur et à mesure des travaux entrepris, vous pourrez acquérir des outils plus spécialisés

Scier

La scie peut être considérée comme l’outil de base de tout travail de menuiserie. Elle sert à abattre l’arbre, à le tronçonner, à le débiter et à le mettre aux cotes. Elle se compose toujours d’une lame métallique dotée de dents qui mordent dans le bois. Une poignée située à l’une de ses extrémités permet le maniement de cette lame. Il en existe de plusieurs sortes, comme vous pouvez le constater sur ce site. La plus classique est l’égoïne.

Raboter

Le rabot constitue l’outil le plus universel pour dresser un morceau de bois (c’est-à-dire le rendre parfaitement plat), l’amener à une cote précise (épaisseur), ou l’usiner (rainurage et bouvetage). Le rabot classique est traditionnellement fabriqué en bois ; le fût, partie principale de l’outil, est complété par une semelle en bois plus dur. Un système de coin permet le réglage de la lame débouchant au niveau de la semelle par une lumière (fente). Tous les rabots, qu’il s’agisse d’une varlope, d’un riflard ou d’un bouvet, reprennent cette architecture. Celle-ci a donné naissance au rabot métallique moderne, largement utilisé de nos jours.

Frapper

Parmi les outils très utilisés par le menuisier, il faut citer aussi un certain nombre d’outils de frappe : le marteau rivoir traditionnel et le maillet en bois. Le premier sert pour frapper sur des objets métalliques (clou, par exemple), le second pour frapper le bois (qu’il ne marque pas), et en particulier sur les manches d’outils coupants (ciseaux, gouges ou bédanes).

Couper, entailler

Ces outils coupants sont indispensables pour entailler le bois, notamment dans les travaux d’assemblage. Ils se composent d’un fer tranchant, prolongeant une lame plus ou moins épaisse, fixée à une poignée traditionnellement de bois, désormais presque toujours en matière plastique. L’affûtage doit en être soigné afin de fournir un travail sans défaut.

Mesurer, tracer

Le menuisier a également besoin d’un matériel de traçage, lui permettant de délimiter avec précision le contour des pièces à travailler. Le crayon (un gros crayon à mine grasse) est indispensable. Il faut lui associer règles et équerres (équerre droite et sauterelle). Ces règles serviront parfois à mesurer, bien que le menuisier utilise plutôt le mètre traditionnel ou double mètre pliant, voire le mètre souple logé dans un petit boîtier. Le trusquin, outil plus spécialisé, sert à tracer avec précision des lignes parallèles sur le chant de la pièce à travailler. Au titre des outils de traçage, il convient d’ajouter le compas à pointe sèche ou à crayon.

Percer

Le perçage du bois se fait traditionnellement avec des mèches spécialement ‘ adaptées (forets), dont la rotation est assurée par un vilebrequin en forme de manivelle. Cet outil traditionnel, encore largement utilisé, souvent remplacé par la perceuse, pourtant moins précise.