La toiture en chaume a longtemps été oubliée mais actuellement elle reprend place. Offrant un charme rustique et naturel à une bâtisse, le toit de chaume est une couverture constituée de tiges de graminées séchées (paille de blé, paille de seigle, tige de roseaux…). Le chaume est l’un des plus anciens matériaux utilisés pour couvrir la toiture. Il est apprécié pour son isolation phonique et thermique optimisée. Si elle est entretenue régulièrement, la durée de vie d’une toiture en chaume peut atteindre 50 ans. Un petit zoom sur les avantages et les inconvénients d’une toiture de chaume ?

Les points forts des toits de chaume

Le chaume est une couverture naturelle qui offre un charme indéniable à la maison qu’il couvre: quand la toiture en chaume est neuve, elle est de couleur chaude puis au fil du temps elle se patine pour laisser place à une teinte grise. Ce type de revêtement est léger et ne nécessite pas une forte charpente. Le chaume est également un isolant thermique naturel puisque les combles restent chauds en hiver et frais en été. Parfaitement imperméable, le toit de chaume est insensible à la neige, à la pluie, à la neige, au gel ou à la grêle. Une toiture avec ce type de revêtement est très épaisse (environ 25 à 35 cm), ce qui veut dire qu’elle propose une très bonne isolation phonique et thermique. En effet, 30 cm de chaume équivaut à 10 cm de laine minérale. Aucun travaux ni surcoûts complémentaires n’est donc nécessaire sur ce point. Avec un toit de chaume, il n’est pas non plus question d’installer des gouttières.

Le roseau du chaume n’est pas comestible puisqu’il possède une forte teneur en silice et en cellulose. Ce qui veut dire qu’aucun insecte ne risque d’envahir le toit. En gros, même si la toiture en chaume n’a rien de très ordinaire, elle présente des avantages incontournables : pas besoin de faire des travaux d’isolation, d’installer des gouttières, de renforcer la charpente, etc.

Le chaume est un matériau issu d’une ressource renouvelable et il est beaucoup apprécié pour ses qualités d’isolant thermique et phonique. Grâce à des outils innovants, la pose est devenue plus compacte et le chaume résiste aux rongeurs et au feu. Toutefois, il est impératif de faire un entretien tous les trois ans pour enlever les chaumes endommagés. Si cet entretien régulier est respecté, les toits de chaume peuvent assurer leur rôle durant 50 ans.

Les faiblesses des toits de chaume

Bien que la toiture en chaume s’adapte à tous types de charpente, il n’en est pas moins pour la forme de toiture. En effet, le chaume ne peut être utilisé comme revêtement de toit que sur une toiture dont la pente est de 35° au minimum. Une pente supérieure à 35° évite la stagnation de l’eau et prévient toute dégradation précoce du chaume. Puisque le chaume est entièrement constitué de matière naturelle, il brûle facilement. Pour ceux qui prévoient d’installer une cheminée dans une maison avec un toit de chaume, il va falloir prévoir des dépenses supplémentaires. Effectivement, il est impératif d’installer un extincteur de flammèches et le conduit doit être dans un compartiment assez large pour éviter qu’il chauffe de manière excessive.

La toiture de chaume pèse entre 25 et 35 kg par mètre carré. Hormis son nettoyage tous les trois ans, il est indispensable de faire un entretien plus approfondi pour boucher les trous, redresser le toit qui s’affaisse, etc. Au niveau du coût, bien qu’elle ne nécessite pas des travaux outre que la mise en place de la charpente et du matériau, la main d’œuvre pour l’installation d’une toiture en chaume est plus élevée. Cela s’explique par le temps de travail important et la technique de pose qui doit être précise.

Ainsi, pour assurer la qualité des travaux en matière de toiture, confiez la prestation à un artisan de renom comme le couvreur 93.