Il ne se construit pas une maison sans qu’une baie vitrée n’y soit installée. Et le phénomène gagne également les rénovations. On agrandit les ouvertures, on remplace les anciennes portes de garage pour installer cette menuiserie au vitrage imposant. Regardons ce phénomène plus en détail afin de comprendre les atouts de la baie vitrée coulissante.

La baie vitrée pour un maximum de lumière naturelle

Ne pas avoir recours à l’éclairage artificiel est bon pour la santé mais surtout cela permet de faire des économies d‘énergies. Et c’est bien là tout l’enjeu de la réglementation thermique qui contraint à avoir une surface vitrée égale à au moins un sixième de la surface habitable.

Et à ce jeu, opter pour une baie vitrée coulissante permet de profiter d’un maximum de luminosité chez soi. La raison se trouve dans l’utilisation du matériau qui compose son châssis : l’aluminium. Il est robuste et permet de concevoir des profilés de grande dimension qui reste fins.

Cela permet d’avoir des baies vitrées imposantes, parfois de quasiment 6 mètres de long, sans que cela ne pose de problème. Si ces ouvertures au format XXL ont d’abord été installées dans des réalisations d’architectes (pour en savoir plus, cliquez ici), elles gagnent aujourd’hui les demeures plus modestes car le prix baisse au fur et à mesure que la demande et la production augmentent.

Différents modèles de baies vitrées

Elle est d’abord apparue sous la forme d’une baie coulissante à 2 vantaux, avec son système d’ouverture bien pratique qui consiste à faire glisser les vantaux les uns devant les autres. Face à la demande de modèles de baies vitrées de plus en plus grands, celles à 3 vantaux puis 4 vantaux sont apparues.

Récemment, c’est technique du galandage qui donne un nouveau souffle à cette menuiserie. Les vantaux ne refoulent plus les uns devant les autres, mais à l’intérieur des murs. L’ouverture est complètement libérée, on ne sait plus vraiment où fini l’intérieur et où commence l’extérieur.

Des performances thermiques en hausse

Utiliser l’aluminium pour la fabrication de baies vitrées était un pari risqué à cause de la nature même de ce matériau. Il est naturellement conducteur de chaleur (et donc de froid). Les premiers modèles n’avaient pas des performances thermiques élevées et il a fallu attendre la rupture de pont thermique pour que cela chance.

Cela consiste à intégrer un isolant à l’intérieur même des profilés, on appelle cela un rupteur. Il joue le rôle d’une barrière thermique qui va bloquer le froid venant de l’extérieur et empêcher la chaleur de sortir à travers le profilé.

Depuis, les performances en isolation et acoustique n’ont cessées de croître, les fabricants de menuiseries n’ont eu d’autres choix que de se plier à la RT2012 et bientôt la RT2020. C’est toute l’innovation et la savoir faire français qui est déployé pour concevoir des baies vitrées toujours plus isolantes tout en conservant leur atout principal : la luminosité. C’est ainsi qu’elles trouvent maintenant leur place dans les maisons basse consommation ainsi que dans les maisons passives.